IVG, on peut gagner (II)

La raison pour laquelle j’ai dit que nous pouvions gagner est simple: nos adversaires sont loin de constituer un front uni et indéfectible…

Explication : il y 5 types de positions dans un combat comme le notre : il y a ceux qui sont viscéralement pour l’avortement, ceux qui sont viscéralement contre, ceux qui s’en moquent complètement, ceux qui se posent des questions et les « opportunistes » qui font entrer en premier en ligne de compte leur intérêt personnel avant leur opinion.

Il est inutile de chercher à faire quoi que ce soit pour les trois premières catégories de personnes (en termes de lobbying de groupe) : ceux qui ont déjà une opinion tranchée n’en changeront pas, et ceux qui refusent de s’intéresser au débat se moqueront de tout ce que vous pourrez leur dire (mis à part une discussion ou des évènements qui poussent ces personnes à changer d’avis, ou à s’intéresser au sujet…)

Quant aux « opportunistes », leur soutien est important, car ce sont généralement eux qui tiennent les leviers de pouvoir, mais il est inutile de chercher à les convaincre : quelles que soient leur convictions, ils se rallieront toujours au camp qui leur rapportera le plus. Et dans cette catégorie, il y a les médias et les hommes politiques. Certains parmi eux ont de vraies conviction sur le sujet, et font bouger les choses, mais les autres ne cherchent que la popularité afin d’obtenir soit de l’audimat supplémentaire (de leur point de vue, les scandales sont aussi une excellente chose, parce que ça fait vendre leurs journaux…), soit des voix ou des soutiens en plus aux élections suivantes. A leur niveau, notre combat doit se borner pour les politiques à montrer notre poids et notre influence et en essayant de les amener à nous rejoindre, en sachant que les premiers à nous rejoindre seront ceux qui partagent nos idées et nos valeurs… et que les autres suivront. Et pour les médias, à essayer de connaitre et de dénoncer les abus qui existent forcément, et en en apportant des preuves suffisantes pour les pousser à écrire des articles sur le sujet. Refuser de faire cela, c’est se condamner à ne pas pouvoir remporter la victoire.

Et enfin il y a ceux qui se sentent concernés par le sujet, et qui n’ont pas encore d’opinion arrêtée sur le sujet. Ils ont une opinion, mais peuvent en changer. Et notre but devra être de les amener à partager nos points de vue, en sachant que si nous y arrivons, tôt ou tard les « opportunistes » suivront. Et pour eux, le plus important c’est plutôt une réflexion de fond solidement argumentée.

Or, qui est qui dans le cas de l’avortement ?

Commençons par les personnes qui seront toujours pour l’avortement. Il y a déjà les mouvements se réclamant d’un certain féminisme, qui considère que féminisme signifie en tout premier lieu droit à l’avortement pour toutes en toute circonstance, et sans garde fou. Il y a aussi les pionniers l’avortement, c’est-à-dire les médecins qui ont vus les conséquences des avortements clandestins, et qui en ont conclu qu’il fallait absolument l’avortement libre et gratuit pour toutes (je ne pense pas que cela revienne, même si l’avortement était interdit : il y aurait des avortements clandestins oui, mais pas leurs séquelles graves car les conditions ne sont plus les mêmes, il y aurait parmi ceux qui les feraient des anciens avorteurs qui chercheraient à garder une certaine qualité de prestation… afin de garder leur clientèle !!). Aujourd’hui, cette frange de l’opinion est puissante, dispose de tous les crédits dont elle a besoin, des leviers de pouvoirs, de la complaisance des médias, mais elle est aussi âgée et peu nombreuse, et n’arrive pas à recruter des personnes réellement prêtes à s’investir pour leur idéologie. Cette tendance est donc celle que nous aurons toujours à combattre, le « noyau dur ». Mais elle ne peut aller que s’affaiblissant car elle n’a guère de soutien indéfectibles (elle n’a de soutien que celui que les « opportunistes » veulent lui donner…) et ne se renouvelle pas. Elle a donc des failles importantes en dépit de son pouvoir.

Passons aux personnes qui se moquent de la question : c’est hélas aujourd’hui la quasi-totalité de la population… Ils ne font rien, et ne s’intéressent pas au sujet. Cette population ne se soucie pas de chercher la Vérité sur le sujet, et croie ce que les médias lui dise, et ce d’autant plus volontiers qu’une remise en cause de l’avortement remettrait en cause leur confort. Si nous voulons qu’ils s’intéressent au sujet, il faudra qu’ils se sentent concernés, et le meilleur moyen me semble tout simplement de projeter des films montrant ce qu’est un avortement ; sans cela, ce problème restera tout théorique et donc sans intérêt !! Refuser de le faire, c’est là aussi se condamner à la défaite.

Passons aux personnes qui sont clairement contre l’avortement. Comparé à la tendance féministe, cette tendance comporte beaucoup plus de membres actifs, beaucoup plus jeunes (moyenne d’âge de la Marche pour la Vie : entre 20 et 25 ans !!), et généralement motivés et prêt à s’investir. Il est donc certain que cette tendance n’est pas prête de disparaitre, mais tout n’est pas rose non plus !!

Selon moi, nous avons plusieurs problèmes : déjà, notre complexe d’infériorité évoqué plus haut !! On ne peut pas gagner quand on est certain de perdre !!

Ensuite, ce complexe nous pousse à ne pas affirmer clairement notre position, puisque nous sommes persuadés que tout le monde sera de toute façon contre nous !! Exemple : lorsque l’on fait un happening, et qu’un passant nous demande ce qu’on fait, il faut lui répondre : nous faisons cela pour la Marche Pour la Vie, ou pour protester contre l’avortement parce que c’est une négation du droit de vivre de tout homme, et un massacre, et qu’il n’est admissible en aucune circonstance. Si nous ne nous expliquons pas de façon compréhensible, comment voulez-vous qu’on nous comprenne ? La personne en concluera que nous défendons une cause honteuse!!

Le problème évoqué plus haut vient selon moi de deux autres problèmes ; la peur de choquer ou de blesser d’une part : combien de fois n’aie-je pas entendu l’opinion selon laquelle il ne fallait pas dire que l’avortement, qui est la mise à mort volontaire d’un être humain innocent pour la simple raison que sa vie nous dérange, est donc un meurtre, parce que cela risquerait de blesser certaines personnes, et ce même si cette affirmation est vraie ?

Comprenez-moi : je ne souhaite pas blesser, mais pouvoir dire la vérité. Et pour que cette vérité soit recevable, il faut dans ce cas précis en expliquer la raison comme je l’ai fait plus haut, ce qui change tout : cette phrase n’est plus reçue comme une agression, mais comme un raisonnement dont on peut comprendre la logique… et donc y adhérer !! Mais même avec cela, il est possible que dire cela puisse provoquer des réactions de rejet ou de colère chez certaines femmes. Mais elles ne proviennent pas de la phrase en elle-même, mais d’une blessure ancienne, généralement non admise, qui peut être mise au grand jour et dont la douleur se réveille. Mais c’est aussi une étape nécessaire pour pouvoir guérir de cette blessure…

Et bien sur, il faut que cela soit dit de façon humaine !! Dans ce type de discussions, il s’agit de tenir compte du fait que l’autre est une personne, qui a ses faiblesses, ses blessures, et que c’est à vous d’en tenir compte, afin de l’aider à chercher et à découvrir la Vérité !! On ouvre une porte, on ne force pas l’autre à y entrer… Ce propos avait pour but de mettre en garde contre les deux cadeaux les plus magnifiques que nous pouvons faire à nos adversaires : s’autocensurer (ce qui est je trouve une de nos grandes caractéristiques) ou se montrer insensibles…

Cela dit, mes gens font la différence entre maladresse et insensibilité : j’ai déjà eu une discussion avec une fille que je connaissais, dont je croyais qu’elle n’avait jamais avorté. J’avais donc dit ce que je pensais non pas trop clairement, mais sans assez tenir compte de l’effet possible dans ma formulation. Elle a juste été étonnée et un peu choquée que je dise cela, mais elle ne m’a pas pris pour autant pour un intégriste, ni n’est partie en claquant la porte !! Elle m’a juste dit qu’elle avait avorté, je lui aie dit que je ne savais pas, que si je l’avais su je l’aurais d’une façon moins directe, mais que cela ne changeait pas le fond du problème… Comme quoi, des maladresses ne sont pas forcément un drame !!

Nous avons aussi des problèmes de financement, et de pouvoir : aucun relais médiatique ou presque, des associations microscopiques et qui n’ont pas forcément beaucoup de contacts entre elles, et qui ont une tendance à tirer le diable par la queue par-dessus le marché !! Mais pour les raisons expliquées plus haut, cela ne me semble pas grave. C’est juste de l’intendance, ça suivra tôt ou tard…

Au niveau des atouts, nous en avons clairement : au-delà du nombre de personnes actives que nous avons, qui est important, nous avons commencé, avec la Marche Pour La Vie, à dire clairement et publiquement notre position, ce qui a eu pour avantage de secouer notre complexe d’infériorité, et cela a permis d’enrôler de nouvelles personnes dans notre mouvement (par exemple, les associations Soignants Porteurs d’Espérance et Etudiants Pro-Vie ont vu le jour garce à la Marche, et… ce texte a vu le jour grâce aux EPVs !! Et qui peut dire combien de personnes ce texte poussera à s’engager à leur tour ?). En clair, cette attitude de dire clairement ce pourquoi nous luttons permet à notre mouvement de faire tache d’huile… et c’est uniquement de la capacité d’une tendance à avancer ou à reculer que dépend sa victoire finale…

De plus, ce n’est pas parce que nous ne sommes pas forcément très riches que nous n’avons aucun poids. La capacité à s’engager et la compétence joue aussi. Par exemple, depuis trois ans, il y a visiblement certains d’entre nous qui surveillent les propositions de lois de façon efficace, ce qui permet d’éviter que de nouvelles lois contre la Vie soient votées sans que l’on ne puisse rien y faire : on peut protester !! Et on a vu que ça marchait…

Il y a aussi de très nombreuses personnes et associations qui s’engagent dans les centres d’écoute téléphoniques, afin d’aider les femmes à faire un choix libre (et non pas, contrairement à ce qu’on nous dit avec ce « droit au choix » (sic !!!), une décision imposée par les circonstances et une situation de faiblesse, sans alternative ni information valable !! Une situation qui est devenue la norme, et qui s’aggrave de jour en jour !! Vous croyez vraiment qu’il y aurait plus de 200 000 avortements par an, si les femmes savaient ce qu’elles faisaient, qu’elles étaient en état psychologique de pouvoir faire un autre choix, et qu’on les aidait à trouver une solution? Bien sur que non !!!). Et en témoigner permettra de faire comprendre que l’avortement n’a rien d’une liberté…

Enfin, ceux qui s’intéressent au sujet, et dont le soutien sera déterminant ne pourront être gagnés que par un témoignage clair, courageux, et surtout fondé ; et les arguments que l’on peut utiliser sont nombreux : les vidéos expliquant ce qu’est l’avortement (je suis d’accord pour dire que ces vidéos peuvent être choquantes et ne doivent pas être montrées sans précaution à n’importe qui ; mais de là à ne les montrer à personne!!!) N’oublions pas que ces vidéos sont horribles et choquantes car elles montrent une réalité horrible et choquante !!! Et croyez-moi, cette méthode de visualisation est beaucoup moins précise, et montre beaucoup moins l’horreur, que d’autres vidéos sur certains sites anglo-saxons… Il y a aussi les témoignages de personnes rescapées, des explications sur les raisons de refuser l’avortement en toutes circonstances, des reportages ou des interviews auprès personnes ayant avorté ou auprès des bénévoles de centre d’écoute… Et tout cela nous l’avons !! Il suffit d’avoir le courage de s’en servir…

Pourquoi refuser d’utiliser certains arguments?

Cet article, publié dans avortement, Réflexion et analyse personnelle, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s