IVG, on peut gagner (I)

Il faut avouer que ce titre est un peu provocateur : les pro-vies français ont collectivement ce que je nommerais un complexe d’infériorité : à chaque fois qu’un combat est lancé, nous le livrons, mais avec une sorte d’intuition, celle d’une défaite irrémédiable, d’une impuissance totale et d’un combat perdu d’avance.

Combien d’entre nous ont estimé, lors du dépôt de l’amendement qui visait à faire pratiquer l’avortement par les sages femmes, que celui-ci passerait quoi que nous fassions ? Que toute notre opposition, nos pétitions signées n’aboutiraient à rien ?

Combien d’entre nous avons estimé que lors des Etats généraux de la bioéthique, nous serions en totale minorité ? Nombre de pro-vie y sont allés, à ces Etats généraux, avec la ferme intention de se faire entendre : les évêques, qui n’ont pas écrit moins de trois livres sur la question, les journaux catholiques, dont beaucoup que je ne connais pas, qui ont relayé la parution de ces livres, l’Alliance pour les droits de la Vie, qui a organisé des sessions de formation sur ces questions, des sites internet qui ont eux aussi relayé l’information, et par-dessus tout chacun de nous, qui nous sommes sentis concernés par le sujet, qui avons voulu répondre aux questions que l’on nous posait sur ces sujets graves… et qui avons aussi passé l’information à ceux dont nous pensions qu’ils pouvaient être suffisamment intéressés par le sujet pour visiter ce site et y donner leur avis. Mais malgré cela, nous en avons été persuadés : nous serions en minorité…

Combien d’entre nous ont ensuite pensé que l’avis clairement pro-vie auxquels ont répondus les citoyens serait tenu pour nul, parce qu’il n’entre pas dans ce que nous pensions dans ce qui était prévu par le gouvernement ?

Combien ont aussi pensé que le jeudi 7 octobre 2010 verrait la fin de l’objection de conscience, et que le combat qu’ont fait tous les pro-vies européens contre ce texte serait vain et inefficace ?

Combien aussi ont été persuadés, voire sont persuadés que les chiffres des organisateurs de la Marche pour la Vie ne pouvaient pas refléter la réalité, qu’il ne pouvait pas y avoir entre 15000 et 20000 personnes dans la rue pour protester contre l’avortement légalisé qui est une négation complète du droit de vivre de tout homme, qui doit s’appliquer à tous, y compris l’embryon ?

Et pour finir, combien sommes-nous à être au fond persuadés que malgré tout ce que nous pourrons faire, l’avortement sera légalisé partout dans le Monde, sauf quelques îlots de résistance?

En tout cas, moi, je suis de toutes ces catégories !! Je croyais tout cela !! Or, que s’est-il passé ? Quelle a été la réalité ?

L’amendement visant à faire pratiquer l’avortement par les sages femmes a été bloqué, car une association nationale de sages femmes a réussi à faire signer une pétition par le quart de la profession en une seule semaine. Devant une telle levée de bouclier, à un moment où mis à part quelques spécialistes, on venait juste de pouvoir en prendre connaissance, le gouvernement a préféré enterrer discrètement le texte. Il l’a reproposé ensuite en « copie cachée » sur un « cavalier législatif », c’est-à-dire en un amendement sur un texte de loi qui n’avait rien à voir. Comme une nouvelle pétition avait été lancée, le gouvernement avait enterré ce projet, et depuis il n’a pas reparu…

Lors des Etats généraux de la bioéthique, il y a eu en fait consultation sur un thème donné, auxquels ont répondus tous les citoyens qui étaient intéressés par la question. Et comme seuls les milieux pro-vie s’intéressent réellement au sujet, mis-à part les malades qui auraient pu bénéficier de ces techniques, seul leur avis a pu être entendu.

Et bien que cela n’ait pas du tout été le but de ceux qui lancé cette idée et organisé ce débat (ils voulaient permettre aux citoyens de s’exprimer, et leur faire mieux apprécier les problèmes que pose la bioéthique), je suis prêt à parier que le gouvernement, lui, a vu cela comme un test de pouvoir : quelle serait l’impact de telle ou telle loi de bioéthique sur le vote des citoyens aux prochaines élections ? Et comme le résultat a été très net, la proposition de loi a suivi la volonté exprimée des citoyens sur tous les points (moi non plus, je ne suis pas satisfait par le fait de refuser d’interdire réellement les recherches sur l’embryon !! Mais la question pour le gouvernement était de savoir si lors de cette loi, l’interdit symbolique de la recherche sur l’embryon allait ou non être supprimé… Et de ce point de vue nous avons obtenu le moins pire, même si c’est TOTALEMENT insuffisant).

Au sujet de l’amendement qui visait à restreindre drastiquement l’objection de conscience… avez-vous vu le résultat ? Il a été solennellement réaffirmé !! Et en quels termes !! Il s’agit d’une défaite totale pour la culture de mort !!

Quant à la marche pour la Vie… j’ai moi-même essayé de compter les manifestants indépendamment de l’organisation, et j’ai trouvé 20000 manifestants. Et ceux qui ont vus la manière dont avaient été distribués les tracts savent qu’il n’y en a pas eu plus que 1 pour 3 ou 4 personnes !! Et il y en a eu… 5000 de distribués… Alors que pensez-vous du chiffre de 3100 ?

Alors ? Est-ce que cela signifie que nous avons partie gagnée ? Que nous n’avons plus rien à faire ? Non, bien sur que non !! Mais cela signifie que nous pouvons gagner. Pourquoi ?

Les explications au prochain article…

Cet article, publié dans avortement, Réflexion et analyse personnelle, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s