Témoignage acceuil (évité) de vincent peillon à paris

Hier soir, à 18h47, je reçois un texto d’un ami m’informant que vincent peillon se trouve dans le train venant de marseille qui est censé arriver à 19h41. Je relaie l’information, et j’y vais. Nous sommes une ciquantaine, l’ambiance est bon enfant. Nous sommes en bout de quai, certains, à l’arrivée du train, sont partis pour vérifier qu’il n’y aie pas de passages souterrains par où le ministre puisse s’éclipser.

Mais, indice intéressant, il n’y a aucun policier…

Nous apprenons, en interrogeant les voyageurs, qu’un "arrèt technique imprévu" a eu lieu en gare de montereau. Pas de bsoin d’un dessin: le ministre, qui ne brille pas par son courage, est parti à ce moment là.

Mais cela ne veut pas dire que notre présence n’a servi à rien: le ministre l’a parfaitement su, puisqu’il a même fait modifier l’itinéraire du train par crainte de problèmes… Je ne pense pas que cela n’aie aucun effet sur lui! Ni qu’il puisse s’imaginer, comme on se plait à nous le répéter, que le mouvement est en bout de souffle…

About these ads
Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s